Isolation thermique des fenêtres

Les conséquences d’une mauvaise isolation thermique des fenêtres sont nombreuses, on peut citer : un réel impact sur l’environnement, une surconsommation de chauffage, et une augmentation accrue des dépenses énergétiques. Le mieux serait de changer les menuiseries, et d’opter pour des ouvertures performantes sur le plan thermique. Vous pourrez ainsi faire plus d’économies d’énergie, améliorer votre confort ainsi que celui de vos proches, et apporter votre contribution à la préservation de l’environnement.

Des menuiseries peu isolantes sont la cause de pertes de chaleur non-négligeables ? En effet, selon certaines études, on compte jusqu’à 25 % des déperditions thermiques des logements. Ces pertes de chaleur n’ont rien de bénéfique pour votre bien-être et celui de vos proches. Bien au contraire, elles vous poussent à dépenser sommes considérables pour régler les factures de chauffage. Dans le cadre d’un projet de rénovation, la simple réparation de fenêtre ne suffit pas pour bien isoler un logement.

isolation fenêtre
Gagnez en confort thermique avec une bonne isolation des fenêtres

Les dépenses liées à une pose de fenêtres – Le coefficient d’isolation U

Les dépenses que vous aurez à faire pour réaliser ce projet dépendent de la nature de ce dernier. La ville dans laquelle vous habitez peut aussi être un facteur agissant sur le coût des travaux.

Le coefficient d’isolation U vous donne des informations importantes sur la transmission thermique d’un objet quelconque. Le coefficient U permet d’identifier les déperditions thermiques. Il va sans dire que le meilleur isolant thermique va avoir la valeur du coefficient U la plus basse, car sa performance énergétique est plus importante. Pour ce qui est des ouvertures, on parle de Uw, le « w » désigne « window », fenêtre en anglais. Afin de calculer les performances thermiques, il est nécessaire de prendre en compte un autre coefficient. Il s’agit du coefficient Ug, lié au vitrage, et le « g » désigne « glazing ». Pour finir, on aura besoin du coefficient Uf (pour le cadre, f pour « frame » ).

La garantie d’une isolation des fenêtres efficace et durable repose en partie sur le changement total du châssis, du vitrage, et de l’ouverture. Se contenter de faire la rénovation en gardant un cadre ancien ou vieillissant n’est pas la meilleure des idées. Ce genre de cadres ne propose pas de performances thermiques meilleures que les cadres actuels.

L’efficacité énergétique d’une ouverture dépend de bien d’autres critères, nous pensons notamment aux apports solaires. Pour l’isolation d’une véranda, les apports solaires sont même plus importants pour avoir un confort thermique. Ces derniers sont exprimés en Sw et la valeur évalue la quantité de chaleur naturelle venant dans l’appartement ou dans la maison. Il s’agit d’un facteur qui s’implique grandement dans la réalisation des économies de chauffage. Le coefficient a toujours une valeur comprise entre 0 et 1, et plus cette valeur est élevée, plus la quantité est importante.

Le second critère est lié au coefficient de transmission lumineuse exprimé quant à lui en TLw. Cela représente la quantité de lumière naturelle entrant dans l’appartement ou la maison. Compris entre 0 et 1, ce critère a aussi pour but de vous permettre de faire des économies d’éclairage.

Passons maintenant à d’autres critères privilégiés.


Consultez tous les guides sur l’isolation des fenêtres :


Les critères AEV

Le classement des menuiseries est réalisé selon l’étanchéité à l’eau (E), la perméabilité à l’air (A) et la résistance au vent (V). Les coefficients A3, A4, le classement E9A, la résistance à la pression du vent et la déformation de la fenêtre sont à privilégier. Il s’agit de performances importantes, voire déterminantes pour votre projet.

  • Le coefficient A3 ou A4 permet de définir l’étanchéité à l’air (le maximum est 4).
  • La résistance à la pression du vent va de 1 à 5 (5 étant le maximum).
  • Le classement E9A permet de voir l’étanchéité à l’eau (E1A est le plus bas)
  • La déformation de la fenêtre peut aller de A à C (ici, C désigne les fenêtres plus résistantes)

Il est intéressant de noter que ces performances ne sont vraiment pas à prendre à la légère. L’implantation de votre maison, votre lieu de résidence, ou votre région ont une grande influence sur ces travaux.

La réglementation thermique et le crédit de d’impôt

Voyons en quoi la réglementation thermique et le crédit de l’impôt jouent un rôle important dans les travaux d’isolation des fenêtres. Pour ce qui est des normes, ils imposent depuis un certain temps, le double voire le triple vitrage. Ces derniers sont bien plus importants et sont à plébisciter.

Bénéficier du Crédit d’Impôt Transition Énergétique (CITE) forfaitaire dépend de la personne qui effectue les travaux. En effet, un professionnel certifié reconnu garant de l’environnement (RGE) doit s’occuper du remplacement des ouvertures. C’est aussi le cas si vous souhaitez profiter des avantages de « Ma Prime Rénov ».

Comment devriez-vous choisir vos ouvertures pour une bonne isolation thermique des fenêtres ?

Maximiser son confort et faire baisser au mieux les factures d’énergie, tels sont les avantages qui s’offrent à vous. Il est donc très important de bien choisir les ouvertures pour les travaux d’isolation des fenêtres. Plusieurs éléments sont à prendre en compte pour que vous puissiez faire un bon choix. Il s’agit de :

  • Le vitrage
  • Le cadre

Nous voici à la fin de cet article, nous espérons que ces informations sur l’isolation thermique des fenêtres vous auront été très utiles ! N’hésitez pas à consulter un professionnel pour plus d’informations.

Ce guide pourrait vous intéresser :